Qu'est devenu le docteur Williams?

Extrait d’un exposé sur l’histoire et de développement des groupes de support sur le syndrome de Williams   

(traduction J.M. Pendeville)

Kit Crawford NZWSA (New-Zealand Williams Syndrome Association) National Camp à Paraperaunu en Janvier 1999

Le mystère qui entoure le Dr. J.C.P. Williams qui a donné son nom au syndrome reste entier.

Le Dr Williams était l’archiviste au Greenlane Hospital à Auckland en Nouvelle-Zélande quand il remarqua qu’un nombre d’enfants arrivant pour une chirurgie cardiaque (plusieurs d’entre eux avec une sténose aortique supravalvulaire), avaient en commun d’autres caractéristiques.

Ils avaient un faciès identique, ils étaient causants et sociables, plutôt petits et paraissaient souffrir à des degrés divers d’un retard mental.

Il se demanda s’il ne s’agissait pas d’un syndrome.

Il en parla aux spécialiste en cardiologie, ses chefs à l’époque, qui l’autorisèrent à poursuivre ses investigations et un article sur le sujet fut publié dans les revues médicales en 1961. Les familles qui vivent toujours en Nouvelle Zélande et qui avaient été impliquées dans les recherches du Dr Williams ont gardé le souvenir d’un homme charmant et gentleman.

Le Dr Williams a travaillé au Greenlane Hospital jusqu’en 1964, lorsque un poste de travail à la clinique Mayo aux États-Unis lui fut proposé . Ce poste lui avait été réservé mais comme il ne s’y est jamais présenté, il fut finalement attribué à quelqu’un d’autre.

Le Dr Williams parti alors travailler à Londres, mais lorsque la clinique Mayo lui offrit un nouveau poste, une fois de plus, il ne s’y présenta pas

Il disparu ensuite et sa famille ne sut jamais où il se trouvait, excepté qu’une valise avait été laissée dans une consigne à Londres et qu’elle ne fut jamais réclamée.

Sa mère mourut en 1972 et Interpol retrouva alors sa trace à Salsburg.

Sa soeur vivait à Rotorua; elle mourut en 1988. Son neveu Tom Morgan n’a jamais rencontré son oncle.

Sir George et Lady Cooper de l’Association anglaise syndrome de Williams firent une visite au neveu du Dr. Williams lors de leur séjour en Nouvelle Zélande en 1980, mais celui-ci ne fut pas en mesure de faire plus de lumière sur ce qu’était devenu le Dr. Williams.

Les Cooper contactèrent Sir Brian Barrat-Boye et le Dr. Lowe dont les noms apparaissent également dans l’article de 1961, mais ils n’en apprirent pas davantage.

Lorsque j’ai moi-même téléphoné au Dr. Lowe après que Sir George et Lady Cooper m’ai demandé de poursuivre mes recherches sur le Dr. Williams, le Dr. Lowe eut la remarque suivante : «Le Dr. Williams était un brillant excentrique».

.

Notre page Facebook

INCLUSION - A.S.B.L.

Groupement «syndrome de Williams» — Avenue Albert Giraud, 24 - 1030 Bruxelles